LES CHINOIS EN CHINE

LES CHINOIS EN CHINE

Les Soirées Canadiennes nous racontent plein d’histoires captivantes. Si elles méritaient d’être publiées, elles méritent d’être lues. Celle-ci, l’une de mes préférées, nous fait connaître une autre civilisation qui mérite que l’on s’y attarde. L’auteur compare les différents points entre leur culture et la nôtre. Surprenant ? Oui, assurément. Vous apprendrez et aimerez…

Sur Amazon

Voici un extrait :

CULTE DES ANCÊTRES

Confucius, qui a laissé une impression si profonde dans la nation chinoise, prend rang parmi les plus grands hommes qui ont paru dans le monde.

Cependant, en attachant autant d’importance aux cérémonies, il est probablement, en grande partie, responsable de la stagnation que l’on observe en Chine, et en donnant le poids de son autorité, de son exemple et de ses préceptes urgents au culte des ancêtres, il a sans aucun doute contribué à produire chez le Chinois moderne cette aversion qu’il manifeste à vivre de façon permanente ou à mourir hors du Pays des Fleurs.

Une des accusations les plus fréquentes contre les Chinois, c’est qu’ils ne viennent pas pour rester. On ne comprend qu’imparfaitement pourquoi ils agissent ainsi.

Ce n’est pas par raison de patriotisme. Cela est dû au culte des ancêtres. Non seulement le Chinois rend un culte à ses ancêtres ; mais il s’attend aussi à ce qu’on le lui rende à lui-même, et c’est ce désir de recevoir ce culte qui fait que le Chinois, avant de partir pour un pays étranger, prend les arrangements nécessaires pour que ses cendres, s’il meurt hors de la Chine, soient rapportées dans sa province.

Lorsqu’il retourne dans son pays de temps à autre, c’est sans doute afin de pouvoir rendre lui-même les honneurs qu’il doit à la tombe de ses ancêtres.

Ces pratiques que l’on peut à peine rattacher au plus noble sentiment humain — la piété filiale — exercent une grande importance sur l’avenir de la race chinoise. Elles tiennent les provinces séparées les unes des autres, car ce n’est pas en Chine que le Chinois désire retourner, mais dans l’enceinte du cimetière de ses ancêtres.

Cela retarde le développement d’un patriotisme réel, avec son influence ennoblissante, et cela impose à ceux qui désirent une immigration chinoise considérable et permanente, (quelques-uns la désirent) une longue attente entre l’accomplissement de leurs voeux et l’état actuel. Car, en admettant que le Chinois soit plus susceptible d’assimilation qu’il n’en a l’air, il ne demeure pas assez longtemps à l’étranger pour en profiter.

Sur Amazon

Bienvenue aussi sur https://ecolo-luca.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *