HISTOIRE DES ÉTATS-UNIS

HISTOIRE DES ÉTATS-UNIS

Du début de la colonisation jusqu’à l’époque de Lincoln, des histoires qui illustrent les gens, les luttes et les guerres qui se sont succédées chez nos voisins du sud. Ce livre est un excellent complément à notre histoire du Canada.

Sylva Clapin (1853 -1928) est un journaliste et un linguiste québécois, né à Saint-Hyacinthe et mort à Ottawa. Il est surtout connu pour son dictionnaire canadien-français, qui est une référence historique pour les chercheurs. Il est composé de mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français.
Aujourd’hui, une rue à Saint-Hyacinthe porte son nom.

Sur Amazon

 

Un extrait :

28. Les relations avec les Indiens.

Dès les premiers mois de 1621, la colonie reçut la visite de Masasoit, roi de la tribu des Wampanoags, et l’un des plus puissants chefs indiens de la région. Masasoit souhaita cordialement la bienvenue aux nouveaux arrivés, et contracta avec eux un pacte d’amitié dont les termes furent fidèlement observés de part et d’autre durant au delà de trente ans.


29. Les progrès de la colonie.

Jusqu’en 1623, année où l’on obtint une abondante récolte, les colons de Plymouth durent endurer de pénibles privations. Mais cette année-là, avec la venue de l’abondance, l’aspect de la situation changea du tout au tout. D’autres contingents de nouveaux colons continuèrent à arriver chaque année, se répandant de plus en plus au loin.

En 1628, John Endicott put s’établir, avec un noyau de colonie assez considérable, en un endroit du littoral qu’il nomma Salem. Deux ans plus tard, la compagnie du Massachusetts fut constituée, les nouveaux arrivés fondant Boston et plusieurs autres localités adjacentes.


30. Les persécutions religieuses.

On aurait pu supposer que des hommes qui avaient souffert pour leur foi, eussent dû apprendre, sous les dures leçons de la persécution, à respecter les opinions religieuses du prochain. Mais cela fut loin d’être le cas avec les premiers puritains du Massachusetts.

L’histoire ne peut avoir, certes, que des éloges à leur décerner pour le noble esprit qui les poussa à dire adieu à leur terre natale, en même temps que pour leur indomptable énergie ; mais cela ne fait que rendre plus profondément regrettable le terrible régime d’intolérance qu’ils jugèrent à propos d’inaugurer dès les débuts de la colonie.


31. Déchaînement de l’intolérance.

Nombre des colons avaient conservé la plus grande vénération pour le culte et les pratiques de l’église anglicane, et refusaient de se soumettre aux règlements des puritains. Le gouverneur Endicott, ayant fait mander tous les récalcitrants, les condamna à être renvoyés en Angleterre, tandis que les peines les plus sévères étaient édictées contre ceux qui seraient tentés d’imiter leur exemple.

Ce fut bien pis pour les quakers, car en 1656 quatre d’entre eux furent mis à mort tandis que d’autres étaient exilés, et d’autres encore étaient jetés en prison après avoir subi la peine infamante du fouet.

En 1692, un véritable vent de folie religieuse souffla sur toute la colonie, provoqué par ce qu’on appelait la « sorcellerie » de quelques femmes de Salem. Une vingtaine de personnes furent mises à mort, et l’on ne compta plus celles qui furent soumises à la torture ou jetées en prison.



Sur Amazon

Tous nos ebooks

Visitez-nous aussi sur https://ecolo-luca.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *