MON JIMMY

MON JIMMY

Jimmy a 27 ans et vit sous l’influence d’une mère dominatrice depuis qu’il est au monde.

Un jour, quelqu’un décide de le libérer, en tuant sa mère.

Une série de meurtres vient perturber les policiers de la SPVM. Sont-ils tous reliés ? C’est alors que le lieutenant-détective, Kean Butler et son équipe cherchent à retrouver les meurtriers.

Comment Jimmy réussira-t-il à surmonter cette emprise que sa mère exerçait de façon malhonnête sur lui ?

Il sera aidé de sa fiancée et de son père. Réussiront-ils à le sortir de cet effroyable piège tendu par sa mère ?

Sur Amazon ou Kobo

Voici un extrait :

UNE SECONDE AGRESSION

C’est Cynthia qui venait de recevoir l’appel. Elle rejoignit Kean dans son bureau.

— Kean, une autre avocate vient d’être abattue dans sa maison. C’est son petit garçon épouvanté qui nous a téléphoné.

— Non, t’es sérieuse, une autre avocate ? Je te rejoins dans quelques minutes.

En arrivant sur la scène de crime, ils virent une femme, pas plus de 35 ans affalée sur un canapé imbibé de son sang.

Une policière retenait le petit garçon en larmes, dans une autre pièce. Le légiste n’étant pas encore arrivé, Kean demanda à ce que personne n’entre tant que la police scientifique ne serait pas là.

Il se rendit dans la cuisine et vit le petit bonhomme. Un enfant d’environ 6-7 ans qui pleurait la morve au nez. Il semblait inconsolable malgré la gentillesse de la policière désespérée.

Cynthia s’approcha et lui demanda son nom.

— Jean-Charles, répondit-il en s’essuyant le visage sur son chandail.

— Trouvez-moi des papiers mouchoirs, Christine.

Elle abandonna le garçon et partit à la recherche de ceux-ci. C’est alors que Cynthia le prit dans ses bras et le serra fort contre elle. Il se laissa aller en pleurant et en nommant sa maman.

— On a fait du mal à ma maman.

— Tu as vu celui qui lui a fait du mal ?

— Un monsieur. Il est parti en courant. Ma maman criait, je suis entré dans son bureau même si elle ne veut pas que j’y aille. Mais, elle criait.

Le légiste venait d’arriver. Guidé par Kean, il entra dans le bureau et examina la femme. En levant les yeux, il dit à Kean :

— Appelle une ambulance, elle n’est pas morte.

Heureux d’entendre cela, il fit l’appel sans tarder.

Cynthia continuait d’interroger l’enfant avec douceur. Christine avait déniché une boite de papiers mouchoir et la tendit à Cynthia.

— Tiens, mouche ton nez et dis-moi comment je peux appeler ton papa.

— Papa, il travaille, je ne peux pas le déranger, il n’aime pas ça.

— Je crois qu’il sera d’accord cette fois.

Il cessa de pleurer et sortit un portable de sa poche. Cynthia, surprise de voir un si jeune enfant avec un portable, lui demanda de le lui passer.

— C’est écrit : papa, vous avez juste à appuyer sur le bouton.

Elle le fit.

Un homme bourru répondit :

— Jean-Charles, je t’ai…

— Ce n’est pas Jean-Charles mais Cynthia Alex, sergent-détective de la SPVM.

L’homme se radoucit.

— La police ? Pourquoi ? Il est arrivé quelque chose à Jean-Charles ?

— Non, c’est plutôt à votre femme. Elle a été abattue dans son bureau il y a quelques minutes.

L’homme ne dit rien tant la nouvelle venait de le souffler.

— Elle… elle est morte ?

— Je crois que oui. Le médecin vient tout juste d’arriver.

— J’arrive, dit-il et raccrocha complètement confus.

— Ton papa s’en vient.

— Il va être très fâché. Toujours il me dit : Je te confie ta maman. Mais je ne sais pas c’est quoi, confie.

— Hé bien moi, je vais te le dire. Ça veut dire qu’il te laisse en prendre soin et c’est ce que tu as fait en nous téléphonant.

— Il ne sera pas fâché ?

— Oh, non, il ne le sera pas.

Au même moment, Kean entra dans la cuisine. Il se pencha vers l’enfant assis sur Cynthia pour lui dire :

— Ta maman est blessée mais elle n’est pas morte. Le médecin s’en occupe.

— C’est vrai ? Je veux lui parler, demanda-t-il en sautant par terre.

— Non, elle ne va pas très bien, attends encore un peu.

— J’ai appelé le père, il va rentrer sans tarder.

— C’est bien, Cyn. J’entends l’ambulance qui arrive, je vais au devant.

Les ambulanciers firent diligence, embarquèrent la femme promptement et partirent toute sirène hurlante.

Sur Amazon ou Kobo

Les eBooks

Les vidéos

Vous êtes toujours les bienvenus sur https://ecolo-luca.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *