L’EFFET BOOMERANG

L’EFFET BOOMERANG

Trois meurtres commis en peu de temps. Y a-t-il un lien entre eux ?

Comment peut-on devenir victimes de telles atrocités ?

Le beau policier appelé Kean et son équipe doivent résoudre ces trois meurtres.

Quelle piste sera la bonne ?

À vous de le découvrir dans ce pittoresque roman policier. Vous serez captivés, assurément !

Sur Amazon ou sur Kobo

Voici un extrait :

LES FILLES

Elles sont belles toutes les deux, jeunes, minces. L’une a les cheveux soyeux, blonds et bouclés, l’autre possède une chevelure noire qui tombe bien raide au milieu de son dos. D’ascendance chinoise de par sa mère et d’un père québécois, son visage de porcelaine et ses yeux bridés vert océan comme ceux de son père, lui confèrent une beauté unique.

Elles viennent toutes les deux d’un milieu de nantis et toute leur attention est tournée vers elles. Elles rient facilement puisque la vie ne leur fait que des cadeaux.

La blonde se nomme Noémie et Mia est son amie d’enfance. Elles vont au même collège privé et sont toutes les deux âgées de quatorze ans.

Leurs parents sont amis, le père de Noémie est avocat tandis que celui de Mia est médecin spécialisé en plastie.

Les filles se sont consultées, et malgré leur jeune âge, ont décidé de se rendre dans une boîte de nuit. Pour ce faire, elles doivent se vieillir, c’est pourquoi elles se sont enfermées dans la chambre de Noémie afin de se préparer. Une fois maquillées à outrance, la chevelure bien coiffée, elles se vêtent de robes courtes au décolleté plongeant.

En se regardant dans le miroir, elles pouffent de rire.

— À te voir, Mia, on dirait que tu as vingt ans.

— Et toi, donc, regarde-toi, tu ressembles à une vamp.

— C’est le but, non ? On va s’amuser comme deux petites folles ce soir. Oui, ce soir c’est LE grand soir. Mais nous devons attendre que mes parents soient sortis. J’ignore pourquoi ils traînent encore. Ils m’énervent.

Assises toutes les deux sur le lit de Noémie, elles attendent nerveusement.

— Dis, Noémie, si nous sortions par l’arrière, tes parents ne risqueraient pas de nous voir.

— Non, je veux mettre les chaussures de ma mère qui sont dans sa chambre. Je n’ai rien d’élégant à me mettre, et elle est encore là à se maquiller. Elle m’énerve !

Un petit coup frappé à la porte les fait sursauter.

— Noémie, c’est maman. Nous sortons, fais bien tes devoirs et ne te couche pas trop tard, tu as cours demain, ne l’oublie pas.

— Bien sûr, maman. Ne crains rien, je ne me coucherai pas trop tard. Bonne soirée.

— Merci ma fille.

Et la mère descend le long escalier pour rejoindre son mari, un peu contrarié, car il l’attend depuis une demi-heure près de la porte.

— Ça y est, ils sont sortis enfin. Je file prendre ses chaussures. Tu en veux une paire toi aussi ?

— Pourquoi pas, je sais que ta mère en a des tonnes.

— Ouais, elle aime les chaussures et les sacs.

En entrant dans la chambre, sur trois longues étagères, elles voient pas moins d’une soixantaine de paires de chaussures à talon.

— Ouah ! C’est encore pire que celles de ma mère ! Elle va finir par en avoir autant que Céline Dion.

— Bon, on a pris assez de retard, choisis ce qui te conviens et partons.

Chaussées de hauts talons, elles s’exercent à marcher. Au début, leurs pieds se renversent facilement, pas du tout habituées à marcher sur ce genre de chaussures. Encore un peu de pratique et l’affaire est réglée.

— Nous arrêterons un taxi sur la route. Je ne tiens pas à ce qu’il sache où j’habite, et puis je veux m’habituer à marcher sur ces échasses.

Une fois installées dans un taxi, Noémie demande au chauffeur de les conduire sur Sainte-Catherine au club Reno. C’est là que l’ami Pierre, un copain plus âgé du collège, raconte qu’il se passe des choses supers. Toutes les deux meurent d’envie de savoir quelles étaient ces choses supers qui se produisent là-bas.

Pendant le trajet, Noémie a une idée :

— Nous allons changer nos noms. Moi je m’appelle Tania et toi, ce sera Sue. Tu es d’accord ?

— Oui, j’aime bien Sue.

Le chauffeur qui les a entendu, sourit.

 

Sur Amazon ou sur Kobo

Les eBooks

Les vidéos

Bienvenue aussi sur http://ecolo-luca.com

MON JIMMY

MON JIMMY

Jimmy a 27 ans et vit sous l’influence d’une mère dominatrice depuis qu’il est au monde.

Un jour, quelqu’un décide de le libérer, en tuant sa mère.

Une série de meurtres vient perturber les policiers de la SPVM. Sont-ils tous reliés ? C’est alors que le lieutenant-détective, Kean Butler et son équipe cherchent à retrouver les meurtriers.

Comment Jimmy réussira-t-il à surmonter cette emprise que sa mère exerçait de façon malhonnête sur lui ?

Il sera aidé de sa fiancée et de son père. Réussiront-ils à le sortir de cet effroyable piège tendu par sa mère ?

Sur Amazon ou Kobo

Voici un extrait :

UNE SECONDE AGRESSION

C’est Cynthia qui venait de recevoir l’appel. Elle rejoignit Kean dans son bureau.

— Kean, une autre avocate vient d’être abattue dans sa maison. C’est son petit garçon épouvanté qui nous a téléphoné.

— Non, t’es sérieuse, une autre avocate ? Je te rejoins dans quelques minutes.

En arrivant sur la scène de crime, ils virent une femme, pas plus de 35 ans affalée sur un canapé imbibé de son sang.

Une policière retenait le petit garçon en larmes, dans une autre pièce. Le légiste n’étant pas encore arrivé, Kean demanda à ce que personne n’entre tant que la police scientifique ne serait pas là.

Il se rendit dans la cuisine et vit le petit bonhomme. Un enfant d’environ 6-7 ans qui pleurait la morve au nez. Il semblait inconsolable malgré la gentillesse de la policière désespérée.

Cynthia s’approcha et lui demanda son nom.

— Jean-Charles, répondit-il en s’essuyant le visage sur son chandail.

— Trouvez-moi des papiers mouchoirs, Christine.

Elle abandonna le garçon et partit à la recherche de ceux-ci. C’est alors que Cynthia le prit dans ses bras et le serra fort contre elle. Il se laissa aller en pleurant et en nommant sa maman.

— On a fait du mal à ma maman.

— Tu as vu celui qui lui a fait du mal ?

— Un monsieur. Il est parti en courant. Ma maman criait, je suis entré dans son bureau même si elle ne veut pas que j’y aille. Mais, elle criait.

Le légiste venait d’arriver. Guidé par Kean, il entra dans le bureau et examina la femme. En levant les yeux, il dit à Kean :

— Appelle une ambulance, elle n’est pas morte.

Heureux d’entendre cela, il fit l’appel sans tarder.

Cynthia continuait d’interroger l’enfant avec douceur. Christine avait déniché une boite de papiers mouchoir et la tendit à Cynthia.

— Tiens, mouche ton nez et dis-moi comment je peux appeler ton papa.

— Papa, il travaille, je ne peux pas le déranger, il n’aime pas ça.

— Je crois qu’il sera d’accord cette fois.

Il cessa de pleurer et sortit un portable de sa poche. Cynthia, surprise de voir un si jeune enfant avec un portable, lui demanda de le lui passer.

— C’est écrit : papa, vous avez juste à appuyer sur le bouton.

Elle le fit.

Un homme bourru répondit :

— Jean-Charles, je t’ai…

— Ce n’est pas Jean-Charles mais Cynthia Alex, sergent-détective de la SPVM.

L’homme se radoucit.

— La police ? Pourquoi ? Il est arrivé quelque chose à Jean-Charles ?

— Non, c’est plutôt à votre femme. Elle a été abattue dans son bureau il y a quelques minutes.

L’homme ne dit rien tant la nouvelle venait de le souffler.

— Elle… elle est morte ?

— Je crois que oui. Le médecin vient tout juste d’arriver.

— J’arrive, dit-il et raccrocha complètement confus.

— Ton papa s’en vient.

— Il va être très fâché. Toujours il me dit : Je te confie ta maman. Mais je ne sais pas c’est quoi, confie.

— Hé bien moi, je vais te le dire. Ça veut dire qu’il te laisse en prendre soin et c’est ce que tu as fait en nous téléphonant.

— Il ne sera pas fâché ?

— Oh, non, il ne le sera pas.

Au même moment, Kean entra dans la cuisine. Il se pencha vers l’enfant assis sur Cynthia pour lui dire :

— Ta maman est blessée mais elle n’est pas morte. Le médecin s’en occupe.

— C’est vrai ? Je veux lui parler, demanda-t-il en sautant par terre.

— Non, elle ne va pas très bien, attends encore un peu.

— J’ai appelé le père, il va rentrer sans tarder.

— C’est bien, Cyn. J’entends l’ambulance qui arrive, je vais au devant.

Les ambulanciers firent diligence, embarquèrent la femme promptement et partirent toute sirène hurlante.

Sur Amazon ou Kobo

Les eBooks

Les vidéos

Vous êtes toujours les bienvenus sur https://ecolo-luca.com

LA DRAGONNE

LA DRAGONNE    

 

Un nouveau personnage a fait son entrée récemment au Service de police de la ville de Montréal. Elle s’acharne contre le détective Kean et s’ingénie à le garder à l’écart.

Qu’est-ce qui se trame derrière tout cela ? Pourquoi veut-elle absolument accuser un innocent ?

Kean devra changer d’emploi s’il veut continuer son enquête. Pas facile tout cela pour lui. Voyons comment il va s’en sortir.

Vous aimerez cette histoire trépidante !

 

Sur Amazon

ou sur Kobo

 

MAGOUILLES

Kean se rendit au parc. Attendit un long moment avant de voir venir un véritable colosse. Un gars qui devait peser dans les 125 kilos et qui faisait presque deux mètres. Kean le regarda venir, en compagnie de Gil, sans broncher.

Gil montra Kean du doigt qui attendait assis sur un banc.

— Il est là, il nous attend, Burns.

Les deux hommes s’approchèrent et prirent place aux côtés de Kean.

— Alors, mec, tu veux vendre ?

— Ouais, répondit Kean, sans même regarder le gars. J’ai besoin de fric.

— Bon, laisse-moi t’expliquer la mise en marché.

Et le gros homme de lui donner le mot de passe et la façon d’agir sans être remarqué.

— Ce sont de petites quantités que tu donnes. J’ai apporté un sac dans lequel tout est emballé individuellement. Tu laves les vitres, tu donnes le mot de passe et si la personne te répond : d’accord, tu lui files un emballage. C’est tout simple et ça marche du tonnerre. Habituellement, ils ont l’argent tout prêt. En fin de journée, tu rapportes l’argent à Gil et on te file ton pourcentage.

— Combien ?

— 30%, c’est le prix.

— Non, j’veux 50%. Après tout, c’est moi qui fais l’travail.

Burns jeta un coup d’œil à Gil. Ce dernier haussa les épaules. Kean comprit que 50% était le vrai prix.

— Tu as une bonne tête, on m’a dit que tu ramassais plus d’argent que les autres à laver des vitres, je veux bien te donner 40%.

— Non, c’est 50% ou j’le fais pas.

Le gros homme soupira et prit le sac.

— D’accord, dit-il en le tendant à Kean.

À ce même moment, trois hommes se dirigèrent vers le trio. Marcel s’approcha de Burns et lui lança :

— Police, je vous arrête.

Burns voulut s’enfuir mais deux hommes le retinrent. Il s’en défit facilement et se mit à courir. L’un des policiers sortit son taser et lui lança les aiguillons électriques dans le cou. Cela eut pour effet de lui couper les jambes. Entretemps, Gil se retrouva menotté et déjà, un policier l’amenait vers son véhicule.

Burns lança un regard assassin à Kean en lui criant :

— T’es qui, toi, faux jeton !

— Le faux jeton, je ne crois pas que ce soit moi, amigo.

— Beau travail, Kean, lui dit Marcel. Nous allons faire parler ces deux-là.

— Je veux en être…

— Il n’en est pas question, tu n’es plus policier.

— Dans ce cas, Max Bernard assistera à l’interrogatoire. Je veux Joe Plourde.

— D’accord, Max pourra venir.

— Je l’appelle immédiatement. Ne commencez pas sans lui.

Kean fit le numéro de portable de Max.

— Hé vieux, c’est moi. On vient d’arrêter les gars qui peuvent nous conduire à Joe Plourde. Marcel Bichon, que tu connais, accepte que tu assistes à l’interrogatoire. Ils se rendent à Parthenais, tu peux venir ?

— Je ne peux pas mais j’irai quand même. Alors, tu les as eus ?

— Ouaip, ils se servaient des squeegee pour vendre leur drogue au coin des rues. J’espère seulement qu’il n’arrivera pas malheur au Faucon.

— Qui ?

— Laisse tomber, c’est un gars qui m’a aidé mais qui ne fait pas partie du réseau. Rends-toi à Parthenais et moi je vais tenter de le retrouver.

Kean parcourut les rues afin de trouver le Faucon. Il s’informa auprès des autres mais personne ne l’avait vu depuis l’avant-veille.

Bon Dieu, où est-il passé, celui-là ? se demandait Kean, inquiet.

Il revint à la soupe populaire et ne le vit pas. Il s’informa auprès du cuisinier qu’il connaissait.

— Non, je n’ai pas vu le Faucon. Parfois, il ne vient pas lorsqu’il rencontre son fils. Il a un droit de visite et ne le manque jamais. Il l’aime énormément, son petit gars.

— Cela me soulage de penser qu’il est avec son enfant. Si tu le vois, téléphone-moi. Tu as toujours mon numéro ?

— Bien sûr, Kean, que je l’ai.

Rassuré, Kean sortit et se rendit attendre à la SQ.

 

Sur Amazon ou Kobo

Une auteure productive

Une auteure productive

Voici une vidéo présentant une auteure productive. Elle ne présente que ses livres de la Série Enquête, car elle en a écrit plusieurs autres. Les histoires de la série Enquête sont individuelles. Ce sont les enquêteurs qui sont les mêmes personnages. On s’y attache, bien sûr.

Voici donc quelques livres captivants de Louise Alarie.

 

Ou sur YouTube

Tous écrits par Louise Alarie, rappelez-vous de ce nom !

Voici les liens pour vous les procurer ou en voir un extrait :

 

Soeur Jeanne :

https://www.amazon.com/dp/B00FPVC2AA

http://www.amazon.ca/dp/B00FPVC2AA

https://itunes.apple.com/ca/book/serie-enquete-s-ur-jeanne/id722426975?l=fr&mt=11 

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/soeur-jeanne

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/SrJeanne.html

 

Enlèvement :

http://www.amazon.com/dp/B00GGS3X0Y

https://www.amazon.ca/dp/B00GGS3X0Y

https://itunes.apple.com/us/book/serie-enquete-enlevement/id738521226?mt=11

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/enlevement-2

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Enlevement.html

 

Prédateurs :

http://www.amazon.com/dp/B00H3QXBKA

https://www.amazon.ca/dp/B00H3QXBKA

https://itunes.apple.com/ca/book/serie-enquete-predateur/id773481948?l=fr&mt=11

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/predateur-1

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Predateur.html

 

Sale Affaire :

http://www.amazon.com/dp/B00LAMR9VA

https://www.amazon.ca/dp/B00LAMR9VA

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/sale-affaire-1

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Sale_Affaire.html

 

LES BÉBÉS ÉPROUVETTES :

http://www.amazon.com/dp/B00OZ4WQ3G

https://www.amazon.ca/dp/B00OZ4WQ3G

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/les-bebes-eprouvettes

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/BebesEprouvettes.html

 

Le Caméléon :

http://www.amazon.com/dp/B00R8PN2X2

https://www.amazon.ca/dp/B00R8PN2X2

http://store.kobobooks.com/fr-CA/ebook/le-cameleon-2

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Cameleon.html

 

Tu m’appartiens

http://www.amazon.com/dp/B00U8ZNB6M

https://www.amazon.ca/dp/B00U8ZNB6M

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/tu-m-appartiens-3

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/TuMAppartiens.html

 

KIDNAPPING :

http://www.amazon.com/gp/product/B014L3J9IA

https://www.amazon.ca/gp/product/B014L3J9IA

https://store.kobobooks.com/fr-CA/ebook/kidnapping-6

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/KIDNAPPING.html

 

UN TUEUR EN SÉRIE :

http://www.amazon.com/TUEUR-EN-S%C3%89RIE-Enqu%C3%AAte-French-ebook/dp/B01EQQBGUQ

http://www.amazon.ca/TUEUR-EN-S%C3%89RIE-Enqu%C3%AAte-French-ebook/dp/B01EQQBGUQ

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/un-tueur-en-serie

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/TUEUR.html

 

DRAME À L’INTERNE :

https://www.amazon.com/dp/B01N9WWXCC

https://www.amazon.ca/dp/B01N9WWXCC

https://www.kobo.com/ca/fr/ebook/drame-a-l-interne

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/DrameInterne.html

 

Le SERPENT Celui qui se venge :

https://www.amazon.com/dp/B06XXVLYTM

https://www.amazon.ca/dp/B06XXVLYTM

https://www.kobo.com/ca/fr/ebook/le-serpent-7

Un extrait : http://plein-de-livres.com/le-serpent/

 

Et pour voir d’un coup d’oeil toutes ses publications c’est ici :

http://livresenligne.ca/Site/L.Alarie.html

 

Bonne lecture !

 

Merci de votre visite !

 

Vous êtes toujours les bienvenus à visiter notre boutique : https://ecolo-luca.com