LES GUÊPES

LES GUÊPES Roman policier

 

Une intrigue policière comme vous les aimez. Cette histoire vous conduira où vous ne vous y attendiez pas. Attaquer par des guêpes ? Quelle sorte de guêpe peut tuer un homme ?

De plus, l’auteur a eu le courage de le publier au fur et à mesure de son écriture sur ce site, mais le voici complété et bien captivant, à vous d’en juger…

Vous pouvez aussi retrouver Normand Jubinville, l’auteur de Fausses Pistes, La Femme secrète, Chamane Sanglant et bien d’autres, sur www.livresenligne.ca

 

Sur Amazon ou Kobo

 

7. Des guêpes partout !

— Comme je vous l’ai expliqué, commença Pierre Brault, nous étions sur la terrasse pour célébrer le retour de la sœur de ma conjointe. J’ai pris quelques photographies pour immortaliser l’évènement, dont une juste avant de voir le sac de plastique rouler dans le restaurant.

Pierre sortit son smart phone et montra l’image à l’inspecteur. Elle présentait les visages souriants de deux jeunes femmes.

— Si j’agrandis l’image et que l’on regarde entre les deux personnes, on peut apercevoir le phare avant d’une motocyclette en arrière-plan, du moins il me semble. Il faisait nuit, la photo est sombre et floue, mais j’ai l’impression que le passager tient un sac blanc et qu’il le lance par-dessus sa tête. Voyez-vous la même chose ?

Boileau ajusta ses lunettes et s’approcha de l’écran. Aussitôt, il décrocha le téléphone et composa.

— Mademoiselle Fontaine, pouvez-vous venir à mon bureau ?

— (…)

— Oui maintenant.

— (…)

— Merci, dit-il en raccrochant le combiné.

Julie Fontaine se présenta quelques secondes plus tard. Boileau lui montra la photographie.

— Peut-on l’améliorer afin de discerner l’arrière-plan ?

— On peut toujours essayer, confirma-t-elle. Si monsieur veut bien venir avec moi, je vais transférer une copie du fichier sur mon ordinateur, avec votre permission, bien sûr.

L’homme accepta d’un signe de tête et suivit Julie.

— Merci Monsieur Brault, lui dit Boileau. Vous nous avez peut-être apporté une pièce significative de ce puzzle.

L’enquêteur Steve se présenta dans l’embrasure de la porte.

— Est-ce que je peux vous déranger ?

— Entrez. Qu’y a-t-il de neuf dans le dossier ?

— Malheureusement rien. Nous avons visité une trentaine de maisons, mais n’avons rien trouvé. Par contre, à plusieurs reprises personne ne répondait à la porte. Les occupants étaient absents, probablement au travail.

— Il est aussi possible que notre suspect demeure dans l’une de ces habitations et, dans ce cas, il ne se montrera pas.

— Nous devrons donc procéder par élimination. Alors, j’ai besoin de votre autorisation pour effectuer des heures supplémentaires afin de compléter notre enquête ce soir.

Je vais encore défoncer mon budget ! se dit Boileau.

— C’est bon. Fais ce qu’il faut.

— Merci Monsieur l’Inspecteur. J’ai autre chose à vous communiquer.

Boileau adopta une posture d’écoute, Steve continua :

— Les patrouilleurs routiers m’ont signalé qu’il s’est produit un accident sur l’autoroute, en direction de Montréal. Selon le premier constat, une dame a soudainement changé de voie et frappé un autre véhicule qui allait la dépasser. Les deux se sont retrouvés dans le fossé. Il n’y a pas de blessures graves, seulement des ecchymoses. La conductrice affirme qu’elle a perdu le contrôle de son automobile en tentant de chasser une guêpe ou une abeille s’étant introduite dans l’habitacle.

— Ça ressemble à un simple accident de la circulation. En quoi sommes-nous concernés ? objecta Boileau.

— Je vous rappelle que nous avons demandé à être informés de tout incident impliquant des abeilles ou des guêpes.

— Tu as raison, avoua Boileau. J’espère seulement que nous ne serons pas débordés par des rapports sans liens avec notre mandat et nos dossiers.

L’inspecteur s’affaira à noircir quelques formulaires tout en essayant de ne plus penser à ses enquêtes. Il appelait ça « recharger ses neurones ». Ayant terminé sa journée, il décida de prendre un apéritif quelque part avant de rentrer. Machinalement, il se dirigea vers le resto-bar « Le Papillon ».

Ce n’est peut-être pas la meilleure façon de relaxer, pensa-t-il, se moquant de lui-même.

En s’approchant, il nota que les paniers de fleurs décorant la terrasse avaient disparu. En prenant une table, il remarqua un avis inscrit sur un tableau noir :

« Attention aux guêpes !
Couvrez vos verres. »

Décidément, le patron devient paranoïaque, mais c’est compréhensible après ce qui est arrivé…

Un vieux monsieur très digne s’occupait du service. Boileau commanda une bière qu’on lui servit avec deux sous-verres en carton, l’un en dessous et l’autre par-dessus.

— C’est une façon originale de présenter les consommations, commenta Boileau.

— Les guêpes adorent la bière, rétorqua le serveur. Elles viennent se noyer dans les verres. Si vous en avalez une par mégarde et qu’elle vous pique dans la gorge, ce peut être très dangereux.

— Je comprends. C’est juste qu’on ne voyait pas ça avant.

— C’est vrai, avoua le serveur, mais il y a davantage de guêpes cette année. Il vaut mieux se méfier.

Boileau entreprit de déguster son breuvage à petites gorgées, tout en replaçant minutieusement le couvercle de carton. Regardant autour de lui, il constata que les autres clients attablés à la terrasse suivaient aussi la consigne de sécurité. Par contre, il ne vit aucun insecte ailé.

J’entends beaucoup parler de guêpes ces jours-ci. Y a-t-il vraiment un plus grand nombre de ces bestioles dans la nature ?

Il se souvint à ce moment que l’entomologiste retraité, rencontré à l’hôpital, lui avait offert de répondre à ses questions, le cas échéant. Il consulta son carnet et composa le numéro de Victor Beauregard.

Sur Amazon ou Kobo

 

Projet Copie Carbone

ProjetCopieCarboneDeClaireManning

 

Projet Copie Carbone raconte l’histoire d’un touriste britannique qui visite son île préférée La Barbade. Il le fait à chaque année pendant la période de Noël. Il aperçoit une boïte métallique qui flottait en sa direction, sur la rive de la Baie de Carlisle. Son contenu lui révèle quelque chose qui va changer sa vie à tout jamais.

Owen McLeod est devenu un témoin de la plus grande et la plus scandaleuse opération gouvernementale américaine toujours existante et classifiée hautement secrète.

Laissez-vous emporter par ce récit très différent de tout ce que vous avez lu jusqu’à maintenant. Vous allez apprécier ce thriller, rempli de mystère et de suspense !

Sur Amazon

 

La femme en blanc Tome 1 / 2

La dame en blanc

La femme en blanc de Wilkie Collins

 

Que d’originalité ! Une histoire racontée et écrite par chacun des personnages ! De leur propre point de vue.
Un peintre courageux, un professeur italien, une jeune fille angoissée, une autre emprisonnée, une autre rattachée à sa soeur, un mari qui a un énorme secret à cacher, un comte avec des plans scabreux.

Du grand art ! À vous de juger.
Un livre toujours aussi populaire après toutes ces années. Des heures de plaisir…

Découvrez-le, vous l’aimerez très certainement !

Sur Amazon

Pêcheur d’Islande

PecheurDIslandeFF

Écrit par Pierre LOTI, ce livre est rempli de sensibilité, malgré toute la virilité que peut représenter un marin.

Un homme amoureux de la mer peut-il être amoureux de quelqu’un d’autre ? 

Découvrez la vie des marins dans ce coin lointain qu’est l’Islande ainsi que sur les mers du monde. L’auteur réussit à nous faire prendre la mer jusqu’en Chine, et à nous faire sentir et ressentir toues sortes d’émotions. Un monde à découvrir ! Cela en fait indéniablement un chef d’oeuvre !

Pour un extrait, cliquez ici !

Sur Amazon

Goodbye, Stranger

GoodbyeStrangerFF
A man who don’t want lovers. He wants enemy to take him cruelly and shake the fairy out of him. Here the extract :

« I don’t want lovers. I want an enemy to take me cruelly and shake the fairy out of me — and leave me a man — and leave me sad but wise, like a man. »
Lena would not admit that she was surprised and puzzled, so she said nothing. She scarcely ever replied, which saved her a great deal of trouble and humiliation. Surprise did not show in her face, which was set in a mould of sadness and hostility.
« You could teach me wisdom, » said Clifford. « You may not be at home in the world, but you don’t look outside it. You are an enemy to fairies. I wish I could lie in your arms and so learn wisdom. »
Lena’s heart beat more quickly. But she said nothing at all.
« Oh hell, » said Clifford. « I forgot. Two Chinese are having tea with us. I wish Daley wasn’t so damn kind. »

Daley is his wife. You can now imagine this story…
On Amazon