Articles

Entrepreneur

Intro

Jeune, mon père possédait le magasin général du village, qui avait appartenu auparavant à son père. Il était donc entrepreneur et avait un homme engagé. Celui-ci avait été engagé à ma naissance et remercié à mes 18 ans.

magasin

 

 

 

À l’intérieur du magasin général

 

À cette époque, avec quatre enfants, ça devenait ardu au point de vue financier. Il s’était donc fait engagé comme comptable pour une compagnie de béton. Et ma mère avait pris le chapeau de commerçante.

Mon père n’avait pas la même mentalité que les hommes de son époque. Il nous disait que même les filles (nous étions 3) devaient avoir un métier dans la vie, pour ne pas être obligées de se fier à un homme pour se faire vivre. « On ne sait jamais ce qui peut arriver » (deuil ou autre), disait-il. À cette époque, on ne parlait pas de divorce ou de séparation. Faut croire qu’il était visionnaire. 😉

 

Éducation

Ainsi, nous avions eu le choix de poursuivre nos études, et cela, malgré les sacrifices que nos parents devaient s’imposer pour y arriver. J’ai une soeur infirmière, maintenant globe-trotteur, une autre récréologue gouvernementale et moi, textilienne, enseignante, consultante, auteure et maintenant entrepreneure et blogueuse.

1957

Ma grande soeur et moi, avec des vêtements créés par ma mère

Bien évident qu’au départ, je travaillais au magasin et plus tard comme monitrice aux terrains de jeux. Puis vint mon premier vrai travail comme technicienne en laboratoire dans une usine textile. Et plus tard, au cégep.

Très vite, je me disais que ce n’était pas une vie ça : métro-boulot-dodo. Il devait y avoir autre chose que juste travailler et dormir. Alors mon réflexe a été de continuer à étudier à temps partiel, ce que j’ai fait tout au long de ma vie, sans jamais lâcher.

1974

 

 

 

De retour d’un voyage en Europe (échange franco-québécois). Non au métro-boulot-dodo.

 

Mes périodes/passions

Au fil des années, j’ai connu et vécu plusieurs passions. Que ce soit la photographie, les plantes, les animaux, le tricot manuel et sur machine, le macramé (où je donnai des cours), le tissage artisanal haute-lisse, les montages d’images en trois dimensions, la rénovation, l’enseignement, le graphisme, le textile (bien sûr, mais un métier classé non conventionnel pour les femmes) et bien d’autres. Je les appelle mes périodes/passions. Mes enfants pourraient aussi vous en parler.

 

Entreprenariat

Ma première action, comme entrepreneur, fut de créer et de vendre mes livres techniques sur le Textile. Ainsi vint ma carrière d’auto-éditeur, avec l’imprimerie, la distribution, l’enregistrement comme entreprise, la gestion des numéros ISBN, les droits d’auteur, la comptabilité, etc.

J’étais émerveillée par la technique des ordinateurs, comparée au travail que l’on effectuait à la dactylo où il fallait tout recommencer lorsqu’il y avait une erreur sur la page. Quelle innovation ! Et sur un Mac en plus !

 

Plus tard

Plus tard, lorsqu’on décida de fermer les deux options textiles au cégep, j’ai eu cette idée de vouloir publier des ebooks tout en créant mon site web livresenligne.ca.
Cette histoire est racontée dans C’est moi A.

Je ne l’ai jamais regretté. Je me disais, à l’époque, pas si lointaine pourtant, que jamais je ne collecterais les adresses de courriels de ceux qui me visitent. Ce site est là, seulement pour notre bon plaisir à tous (et pour m’aider à m’y retrouver 🙂 ).

 

L’argent

Dernièrement, je me suis payée quelques formations qui m’orientent autrement. D’abord sur l’argent. Celle-ci m’a aidée à repérer quelques fausses croyances du genre : Il faut faire des choix (ce que mon père nous répétait souvent). Et bien non, nous sommes les maîtres de notre vie et nous avons le droit d’avoir des objectifs qui se relie avec un « et ». Par exemple : argent et bonheur, actions et réussite, etc.

Une autre croyance : Il faut travailler dur pour réussir. Et bien non, quand on a une passion, on ne travaille pas dur, au contraire, on s’amuse.

De plus, cette formation m’a exposé la vie de plusieurs millionnaires : des gens simples, partis de rien, qui vivent le plus souvent bien en-dessous de leurs moyens, qui achètent leur auto usagée, qui s’occupent de faire fructifier leur argent plutôt que de magasiner, qui réussissent et qui sont très généreux. On est loin du stéréotype de la grosse bagnole et du château à entretenir. Ils savent investir dans les choses qui rapportent (même dans leur formation), et non qui les endettent encore davantage.

Avant, il était avantageux d’acheter sa maison. Ce n’est plus vrai depuis 2010 environ. Il est préférable d’acheter un appartement meublé que vous louez (avec profit) et de vivre en appartement. Il est vrai que ça coûte cher d’entretenir une maison. Ça change le point de vue, non ?

Économisez une partie des sommes gagnées demeure toujours la formule gagnante. C’est même le seul moyen de devenir financièrement indépendant, un jour. Calculez tout ce que vous avez gagné comme salaire jusqu’à maintenant et trouvez combien vous auriez maintenant, en n’ayant mis de côté que 10%.

Bref, c’est correct de faire de l’argent et de la faire fructifier. Ce n’est pas un sujet tabou, non plus. Tous les riches ne sont pas des pourris, bien au contraire. Pourquoi ne pas imiter ceux qui ont réussi ?

 

La persévérance

Chacun a en lui ce qu’il lui faut pour réussir. Il devient créatif pour ce qui est de son futur. Il ne doit plus se fier au gouvernement pour sa retraite ou autre. Il se prend en main et trouve une idée. Si elle ne fonctionne pas, il en trouve une autre puis une autre. Il y travaille parce qu’il aime cela et continue à créer.

Edison a essayé plus de mille fois avant de réussir l’ampoule électrique. C’est ce que j’appelle de la persévérance. La même chose pour Ford avec ses automobiles. Walt Disney a dû demander à plus de 100 banques avant d’en trouver une qui a voulu l’aider. Eh bien, soyez persévérants dans ce que vous entreprenez !

Et voilà ce que j’ai récemment entendu de Gaëlle LeReun :
« Si vous n’aviez pas à gagner votre vie, qu’est-ce que vous feriez ? » Alors, commencez à le faire dès maintenant (même à temps partiel).

« Ne soyons pas analphabète par rapport à l’argent ! Ayons plusieurs sources de revenus », de Patrick Leroux.

Puis, de Laurent Chenot :
« Quand vous faites ce que vous aimez, vous allez voir les opportunités, et cela va vous attirer l’abondance de toute sorte. »

En parlant d’opportunités, j’ai l’impression d’en trouver une nouvelle à chaque semaine. Lesquelles vais-je choisir ? Vous le verrez si vous me suivez…

 

Le blogging

J’apprends encore plein de choses à travers une formation comme celle-là. Je parle de celle de Olivier Roland. Entre autres, cette formation m’a fait changé d’idée sur le fait de collecter les adresses de courriels de mes lecteurs pour pouvoir communiquer avec eux.

C’est une façon d’obtenir une certaine notoriété. Et oui, aujourd’hui, sur Internet, si on n’est pas présent, c’est comme si on n’existait pas. Ça change les choses, non ?

Exemple : j’ai cherché une entreprise qui offrait des repas à domicile dans ma région. Je suis certaine qu’elle existe mais elle n’est pas publicisée sur Internet.

Un aparté ici : J’ai souvent désiré des choses qui n’ont existé que cinq ans plus tard. Exemple : le chandail-flotteur pour les bébés, des vêtements de couleur brun, des pantalons avec plus de 4 poches, etc.
Bon, peut-être que dans 5 ans (j’espère avant), j’aurai des repas livrés à domicile, on verra…

Donc, le blogging, ça comporte de nombreux logiciels à apprendre et à maîtriser. De l’écriture et de l’imagination pour trouver les bons sujets. De l’apprentissage sur le fonctionnement des médias sociaux, les façons de se faire répertorier par Google, etc.

N’oubliez pas qu’au départ, je suis éditeure surtout, ce qui m’occupe passablement aussi. Trouver les manuscrits libres de droits d’auteur ou les obtenir. Les corriger, les illustrer et les publier. Mais j’adore cela !

 

Les qualités essentielles

Peu importe le type d’entreprenariat choisi, la persévérance, l’éthique, la loyauté et la générosité sont les qualités essentielles pour réussir.

Il est vrai que le blogging prend un certain temps avant d’en obtenir une entreprise rentable. Cela nécessite beaucoup de contenu gratuit et aussi plusieurs actions pour se faire connaître et attirer les gens par le sujet traité. Et je me dis que l’idée créatrice d’offrir une information utile et désirée, germera au fil du temps.

En temps qu’ex-prof de cégep, je sais depuis longtemps qu’en enseignant, on apprend beaucoup aussi. Il nous faut en savoir davantage que nos apprenants. De plus, pour chaque heure de cours à donner, cela nécessite entre 4 et 7 heures de préparation. Les conférenciers pourraient aussi valider cette information.

La même chose avec le blogging, en dialoguant avec mes lecteurs, j’aurai probablement des demandes qui se concrétiseront au fur et à mesure. Mes recherches continueront pour vous apporter davantage d’informations prévilégiées.

 

Conclusion

En attendant que vous soyez plus nombreux à me suivre sur ce blog, je vous présente, en plus de mes auteurs et de mes articles hebdomadaires, les ebooks que je publie régulièrement sur Amazon (2 par semaine. Connaissez-vous un autre éditeur qui en publie autant ?) J’espère que vous les aimez.

La marque « Les productions luca » est signe de qualité. Je ne crois pas qu’on puisse y trouver des erreurs (des coquilles, comme on dit). De plus, ils sont captivants chacun dans leur genre.

Je continuerai toujours à me former, à lire bien sûr, à expérimenter, à apprendre, etc. C’est ma façon d’évoluer. Quelle est la vôtre ?

Merci de m’avoir lue !

The Miracle Man

TheMiracleManFF

Frank L. Packard (1877-1942) was a Canadian novelist. He wrote numerous novels. Here is an extract of his The Miracle Man:

Doc Madison swung Helena lightly down from the table to the head of the couch, sat down beside her, one arm circling her waist, and motioned the Flopper to a chair — then he leaned forward and watched Pale Face Harry critically, as the latter carefully replaced the shining little hypodermic in its case.

« Harry, » said he abruptly, jerking his free hand toward the hypodermic, « could you give up that dope-needle? »

« Sure, I could — if I wanted to! » asserted Pale Face Harry defiantly.

« That’s good, » said Madison cheerfully. « Because you’ll have to. » …

On Amazon

 

La femme en blanc Tome 2 / 2

LaFemmeEnBlanc2FF

 

La femme en blanc de Wilkie Collins raconte l’histoire de Laura qui est bien mal en point et Marian, complètement déconnectée de la réalité.

Sir Percival et le comte Fosco manigancent des plans scabreux.

Voyez ce qu’il en est et si elles vont réussir à s’en sortir.

Voici maintenant la suite de ce roman, sans oublier que l’auteur le fait raconter par les personnages eux-mêmes.

La femme en blanc Tome 1 / 2      Cliquez ici pour obtenir sur Amazon le Tome 2 / 2

2- Mes premières ventes

PodcastPochetteF

 

Introduction

Dans ce podcast no 2- Mes premières ventes, je veux parler ici de mes premières ventes sur Amazon. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le Play de la barre au-dessus de l’image.

Au début, n’étant pas très experte sur comment faire le marketing des ebooks, je me suis fiée uniquement à la publicité interne d’Amazon. J’en avais publié quelques-uns mais sans grand résultat.

Mais, après quelque temps, d’une façon organique seulement, les ventes se sont mises à grimper soudainement.

C’est-à-dire qu’un lecteur (ou lectrice) a trouvé cet ebook, l’a lu et l’a aimé assez pour le partager, le commenter et le noter d’étoiles. D’autres l’ont lu et acheté. Ça a été le début.

Le premier livre qui a fait cela : Soeur Jeanne de Louise Alarie, le premier d’une série d’enquêtes policières. Le genre qu’elle n’a pas cessé d’écrire depuis ce temps.

Soeur Jeanne  Serie Enquete Soeur JeanneFF

Cette jeune fille, même si elle se faisait passer pour une religieuse, a été assassinée. Quel drame ! Son passé l’avait rattrapé. Mais pourquoi s’en prendre à cette si belle fille appelée soeur Jeanne ? Celle qui s’occupait et aidait les jeunes sans abris ? Ceux-ci l’aimaient pourtant.

Deux enquêteurs, fort sympathiques, ont eu à démêler toute cette affaire à laquelle d’autres meurtres avaient été commis et reliés.

Et bien non, je ne dévoilerai pas le punch, je vous le laisse découvrir. 🙂

L’auteure

En fait, Louise Alarie, contrairement à bien d’autres auteurs, écrit et suit son inspiration. Elle n’a aucune idée de ce que sera le dénouement de son histoire. Elle crée au fur et à mesure et se surprend elle-même agréablement à chaque fois.

Vous en saurez davantage sur elle en téléchargeant le ebook Plein-de-livres dans les formulaires d’inscription sur le blog.

Série Enquête no 2

Série Enquête EnlevèmentFF

 

Le deuxième de la série s’appelle : Enlèvement. Un polar dont l’enlèvement d’une jeune adolescente laisse tout le monde pantois. Des parents très riches, est-ce bien la raison de son enlèvement ?

Encore une fois, nos bons détectives devront s’y mettre pour découvrir ce qui s’est réellement passé.

 

 

 

 

Le no 3 de la Série Enquête  Série Enquête PrédateurFF

Le troisième de cette même série s’appelle : Prédateurs.
Toute une histoire : comment quelqu’un peut-il devenir criminel à ce point ? Et comment se fait-il qu’au contraire, son frère, devienne un policier droit et honnête ?

Des enlèvements et des meurtres de prostituées, des enfants maltraités. Voilà ce que nos enquêteurs auront à faire face. Pas toujours facile pour ceux qui exercent ce métier.

Laissez Louise Alarie vous amener à travers ces péripéties.

 

Série Enquête no 4

SaleAffaireFF

 

Le quatrième : Sale affaire, un polar international où de jeunes ados sont tués par balle dans leur cour d’école. Qu’a-t-il pu se passer ?

Suivre Kean et Max jusque dans les rues de Caracas devient une aventure inoubliable. Quelle ambiance !

 

 

 

 

Conclusion

Louise Alarie, auteure très prolifique, continue à écrire des polars, tous aussi intéressants les uns que les autres. J’aurai l’occasion de vous en parler.

Toutes ces histoires sont individuelles et peuvent se lire indépendamment. Au fil de la série, on connaît juste mieux les détectives qui se chargent de ces enquêtes.

En attendant, je vous laisse les liens pour chacun de ces ebooks. D’abord, un extrait sur le site livresenligne.ca. Ensuite, le lien pour Amazon puis dans le iBookstore.

Série Enquête de Louise Alarie :

Soeur Jeanne :  un extrait   Amazon   iBookstore

Enlèvement :  un extrait   Amazon   iBookstore

Prédateurs :  un extrait   Amazon   iBookstore

Sale affaire :  un extrait   Amazon

Tout ceci afin que l’information vous soit disponible. Merci de m’avoir écoutée et lue. Inscrivez-vous !

 

Sabre et Scalpel

SabreEtScalpelFF

Sabre et Scalpel, écrit par Napoléon Legendre raconte l’histoire du propriétaire d’un domaine qui se fait arnaquer par des criminels. Ceux-ci se font passer pour des hommes du monde, ainsi il ne s’en méfie pas.

Le but : séduire sa fille pour l’argent que cela pourra leur rapporter. Y réussiront-ils ?

Voyez toutes ces aventures aussi surprenantes les unes que les autres, vous découvrirez comment la confiance en quelqu’un peut être trompée.

Sur Amazon et/ou pour un extrait, cliquez ici !

GUÉRIR DU PASSÉ (Roman) Tome 2 / 2

GuerirDuPasse2FF

Un passé enfoui, une vie qui semble parfaite. Puis tout se brise.

Comment faire pour s’en sortir ? Voyez ce que Valérie doit faire pour calmer ses propres démons. Y réussira-t-elle ? Son entourage pourra-t-il l’aider ?

Vivez toutes ces émotions.

Les éléments principaux du tome 1 / 2 se retrouvent comme premier chapitre du tome 2.

Suivez ces évènements bien captivants. Vous aimerez, assurément !

Sur Amazon ou sur Kobo

Le blog de l’auteur : https://lisebellavance.wordpress.com

Ma comptabilité

Introduction

Quoi faire avec sa comptabilité quand on vend plusieurs livres par jour sur Amazon, Kobo ou Apple, et que l’on doive payer les droits d’auteur à qui de droit ?

Tout d’abord, on se doit d’être organisé !

 

Comment faire ?

Au début, je le faisais manuellement. Devenu rapidement submergeant, cela m’enlevait trop de mon temps pour éditer d’autres ebooks.

Imaginez : les livres vendus dans différents pays, ayant chacun leur monnaie. On parle de dollars canadiens, de dollars américains, et d’euros. Ainsi que les ventes au Mexique, en Australie, en Grande-Bretagne, au Japon, etc. Donc, pas toujours évident, n’est-ce pas ?

Une quinzaine d’auteurs différents, avec chacun plusieurs ebooks. Comment fait-on pour que le tout soit fonctionnel ?

J’ai réglé cette situation en me faisant recommander un comptable (à la retraite) qui lui, aimait organiser les fichiers Excel. Pour lui, créer ces fichiers était un jeu. Il aimait davantage programmer Excel que tout autre jeu à l’ordinateur. Ainsi il m’a créé un fichier Excel qui peut convertir les monnaies et les attribuer correctement à chacun des auteurs et à chacun de leurs livres, et bien sûr selon la part qui leur revient. Ouf ! Merci à lui !

Il ne me reste qu’à rentrer manuellement, le code des auteurs-livres que je complète au fur et à mesure des ajouts. De copier les formules à chaque mois, de vérifier le taux d’échange lors du transfert à mon compte. Cela pour chacune des sources de revenus (Amazon, Kobo ou Apple). Et tout le reste se fait automatiquement. Sauf bien sûr le transfert direct d’argent à chacun des auteurs. La partie qu’ils préfèrent ! 🙂

 

Screenshot 1FFF

Image 1 : Une partie d’un rapport reçu d’Amazon, conversion et répartition des montants, entrée manuelle des codes auteurs/titres (ex.: nj3, qui signifie Normand Jubinville et son troisième titre publié : La sorcière du lac Brais).

Je prends cette exemple, car c’est grâce à lui que j’ai obtenu l’aide de ce gentil et si précieux comptable, prénommé René. Merci à vous deux !

 

Screenshot 2FFF

Image 2 : Transfert des données (montants et codes) dans le logiciel programmé, ce qui attribue automatiquement les montants aux auteurs et à chacun de leurs livres

 

Screenshot 3PMFFF

Image 3 : Résultats par auteurs, par montants, par plateforme et le titre de leurs livres vendus par date

Ainsi, j’obtiens le montant que je dois verser à chacun de mes auteurs, et le rapport de chacune des ventes par titres.

 

La comptabilité générale

C’est un peu différent pour la comptabilité générale. Au début, j’utilisais le logiciel Quicken que j’aimais bien, mais le nouveau système d’exploitation du mac m’a empêché de continuer. Alors, je me suis installée avec Excel et je fais toutes les entrées une à une.

Mais, je viens de découvrir que la même compagnie Intuit offre maintenant un logiciel en ligne : Quickbooks. Lier sa banque, scanner les reçus, etc.

Je vais en faire l’essai prochainement, on verra bien…

 

Conclusion

De quoi s’amuser, non ? Même si ce n’est pas la partie la plus amusante du métier d’éditeur, cela m’a facilité grandement la vie. Je vais sûrement me trouver un comptable (qui me comprendra 🙂 ), à qui je pourrai tout déléguer !

Est-ce que tout cela vous donne des idées ? Eh bien, c’est le but !  🙂

Merci de m’avoir lue ! N’oubliez pas de télécharger votre ebook gratuit !

Le notaire Jofriau

LeNotaireJofriauFF

Le notaire Jofriau, écrit par Adrienne Senécal raconte l’histoire  de ce jeune homme de Varennes, en Nouvelle-France qui va se former auprès de sa famille noble, à Rouen en France.

Il y apprend le métier de notaire, hésite mais revient chez lui pour pratiquer son métier. Des incidents malheureux risque de ruiner sa réputation et il risque le tout pour retrouver celui qui l’a bafoué.

Retrouvez ces personnages attachants et suivez leurs aventures. Vous aimerez !

Cliquez ici pour le trouver sur Amazon

Journal d’un vicaire de campagne

JournalDUnVicaireDeCampagneFF

Le journal d’un vicaire de campagne de John Raîche raconte l’histoire d’un étudiant au séminaire qui est appelé par son évêque pour aller assister le vieux prêtre à Forest Hill. Tout se bouscule et il doit partir dans vingt jours.

Un monde nouveau s’ouvre à lui, bien différent de ce qu’il avait connu jusque là. Suivez son apprentissage et ses réactions avec tout ce beau monde. Vous apprendrez des choses !

Sur Amazon

Les îles du Golfe Saint-Laurent

LesIlesDuGolfeSaintLaurentFF

Les îles du Golfe Saint-Laurent fut écrit par Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice. Auriez-vous aimé porté un tel nom d’auteur ?  🙂

Chargé d’approvisionner les différentes îles des denrées nécessaires à leur survie, le steamer Napoléon III doit faire face à tous les inconvénients qu’une telle course peut lui apporter.

Les gens des îles et leur hospitalité est déjà reconnue, ce qu’aiment ces navigateurs.

Retrouvez ces personnages attachants à travers toutes les histoires qui leur sont arrivées ou racontées. Vous apprécierez !

Cliquez ici pour le retrouver sur Amazon