Une auteure productive

Une auteure productive

Voici une vidéo présentant une auteure productive. Elle ne présente que ses livres de la Série Enquête, car elle en a écrit plusieurs autres. Les histoires de la série Enquête sont individuelles. Ce sont les enquêteurs qui sont les mêmes personnages. On s’y attache, bien sûr.

Voici donc quelques livres captivants de Louise Alarie.

 

Ou sur YouTube

Tous écrits par Louise Alarie, rappelez-vous de ce nom !

Voici les liens pour vous les procurer ou en voir un extrait :

 

Soeur Jeanne :

https://www.amazon.com/dp/B00FPVC2AA

http://www.amazon.ca/dp/B00FPVC2AA

https://itunes.apple.com/ca/book/serie-enquete-s-ur-jeanne/id722426975?l=fr&mt=11 

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/soeur-jeanne

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/SrJeanne.html

 

Enlèvement :

http://www.amazon.com/dp/B00GGS3X0Y

https://www.amazon.ca/dp/B00GGS3X0Y

https://itunes.apple.com/us/book/serie-enquete-enlevement/id738521226?mt=11

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/enlevement-2

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Enlevement.html

 

Prédateurs :

http://www.amazon.com/dp/B00H3QXBKA

https://www.amazon.ca/dp/B00H3QXBKA

https://itunes.apple.com/ca/book/serie-enquete-predateur/id773481948?l=fr&mt=11

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/predateur-1

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Predateur.html

 

Sale Affaire :

http://www.amazon.com/dp/B00LAMR9VA

https://www.amazon.ca/dp/B00LAMR9VA

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/sale-affaire-1

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Sale_Affaire.html

 

LES BÉBÉS ÉPROUVETTES :

http://www.amazon.com/dp/B00OZ4WQ3G

https://www.amazon.ca/dp/B00OZ4WQ3G

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/les-bebes-eprouvettes

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/BebesEprouvettes.html

 

Le Caméléon :

http://www.amazon.com/dp/B00R8PN2X2

https://www.amazon.ca/dp/B00R8PN2X2

http://store.kobobooks.com/fr-CA/ebook/le-cameleon-2

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/Cameleon.html

 

Tu m’appartiens

http://www.amazon.com/dp/B00U8ZNB6M

https://www.amazon.ca/dp/B00U8ZNB6M

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/tu-m-appartiens-3

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/TuMAppartiens.html

 

KIDNAPPING :

http://www.amazon.com/gp/product/B014L3J9IA

https://www.amazon.ca/gp/product/B014L3J9IA

https://store.kobobooks.com/fr-CA/ebook/kidnapping-6

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/KIDNAPPING.html

 

UN TUEUR EN SÉRIE :

http://www.amazon.com/TUEUR-EN-S%C3%89RIE-Enqu%C3%AAte-French-ebook/dp/B01EQQBGUQ

http://www.amazon.ca/TUEUR-EN-S%C3%89RIE-Enqu%C3%AAte-French-ebook/dp/B01EQQBGUQ

https://store.kobobooks.com/fr-ca/ebook/un-tueur-en-serie

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/TUEUR.html

 

DRAME À L’INTERNE :

https://www.amazon.com/dp/B01N9WWXCC

https://www.amazon.ca/dp/B01N9WWXCC

https://www.kobo.com/ca/fr/ebook/drame-a-l-interne

Un extrait : http://livresenligne.ca/Alarie_2/DrameInterne.html

 

Le SERPENT Celui qui se venge :

https://www.amazon.com/dp/B06XXVLYTM

https://www.amazon.ca/dp/B06XXVLYTM

https://www.kobo.com/ca/fr/ebook/le-serpent-7

Un extrait : http://plein-de-livres.com/le-serpent/

 

Et pour voir d’un coup d’oeil toutes ses publications c’est ici :

http://livresenligne.ca/Site/L.Alarie.html

 

Bonne lecture !

 

Merci de votre visite !

 

Vous êtes toujours les bienvenus à visiter notre boutique : https://ecolo-luca.com

 

 

 

LES GUÊPES

LES GUÊPES Roman policier

 

Une intrigue policière comme vous les aimez. Cette histoire vous conduira où vous ne vous y attendiez pas. Attaquer par des guêpes ? Quelle sorte de guêpe peut tuer un homme ?

De plus, l’auteur a eu le courage de le publier au fur et à mesure de son écriture sur ce site, mais le voici complété et bien captivant, à vous d’en juger…

Vous pouvez aussi retrouver Normand Jubinville, l’auteur de Fausses Pistes, La Femme secrète, Chamane Sanglant et bien d’autres, sur www.livresenligne.ca

 

Sur Amazon ou Kobo

 

7. Des guêpes partout !

— Comme je vous l’ai expliqué, commença Pierre Brault, nous étions sur la terrasse pour célébrer le retour de la sœur de ma conjointe. J’ai pris quelques photographies pour immortaliser l’évènement, dont une juste avant de voir le sac de plastique rouler dans le restaurant.

Pierre sortit son smart phone et montra l’image à l’inspecteur. Elle présentait les visages souriants de deux jeunes femmes.

— Si j’agrandis l’image et que l’on regarde entre les deux personnes, on peut apercevoir le phare avant d’une motocyclette en arrière-plan, du moins il me semble. Il faisait nuit, la photo est sombre et floue, mais j’ai l’impression que le passager tient un sac blanc et qu’il le lance par-dessus sa tête. Voyez-vous la même chose ?

Boileau ajusta ses lunettes et s’approcha de l’écran. Aussitôt, il décrocha le téléphone et composa.

— Mademoiselle Fontaine, pouvez-vous venir à mon bureau ?

— (…)

— Oui maintenant.

— (…)

— Merci, dit-il en raccrochant le combiné.

Julie Fontaine se présenta quelques secondes plus tard. Boileau lui montra la photographie.

— Peut-on l’améliorer afin de discerner l’arrière-plan ?

— On peut toujours essayer, confirma-t-elle. Si monsieur veut bien venir avec moi, je vais transférer une copie du fichier sur mon ordinateur, avec votre permission, bien sûr.

L’homme accepta d’un signe de tête et suivit Julie.

— Merci Monsieur Brault, lui dit Boileau. Vous nous avez peut-être apporté une pièce significative de ce puzzle.

L’enquêteur Steve se présenta dans l’embrasure de la porte.

— Est-ce que je peux vous déranger ?

— Entrez. Qu’y a-t-il de neuf dans le dossier ?

— Malheureusement rien. Nous avons visité une trentaine de maisons, mais n’avons rien trouvé. Par contre, à plusieurs reprises personne ne répondait à la porte. Les occupants étaient absents, probablement au travail.

— Il est aussi possible que notre suspect demeure dans l’une de ces habitations et, dans ce cas, il ne se montrera pas.

— Nous devrons donc procéder par élimination. Alors, j’ai besoin de votre autorisation pour effectuer des heures supplémentaires afin de compléter notre enquête ce soir.

Je vais encore défoncer mon budget ! se dit Boileau.

— C’est bon. Fais ce qu’il faut.

— Merci Monsieur l’Inspecteur. J’ai autre chose à vous communiquer.

Boileau adopta une posture d’écoute, Steve continua :

— Les patrouilleurs routiers m’ont signalé qu’il s’est produit un accident sur l’autoroute, en direction de Montréal. Selon le premier constat, une dame a soudainement changé de voie et frappé un autre véhicule qui allait la dépasser. Les deux se sont retrouvés dans le fossé. Il n’y a pas de blessures graves, seulement des ecchymoses. La conductrice affirme qu’elle a perdu le contrôle de son automobile en tentant de chasser une guêpe ou une abeille s’étant introduite dans l’habitacle.

— Ça ressemble à un simple accident de la circulation. En quoi sommes-nous concernés ? objecta Boileau.

— Je vous rappelle que nous avons demandé à être informés de tout incident impliquant des abeilles ou des guêpes.

— Tu as raison, avoua Boileau. J’espère seulement que nous ne serons pas débordés par des rapports sans liens avec notre mandat et nos dossiers.

L’inspecteur s’affaira à noircir quelques formulaires tout en essayant de ne plus penser à ses enquêtes. Il appelait ça « recharger ses neurones ». Ayant terminé sa journée, il décida de prendre un apéritif quelque part avant de rentrer. Machinalement, il se dirigea vers le resto-bar « Le Papillon ».

Ce n’est peut-être pas la meilleure façon de relaxer, pensa-t-il, se moquant de lui-même.

En s’approchant, il nota que les paniers de fleurs décorant la terrasse avaient disparu. En prenant une table, il remarqua un avis inscrit sur un tableau noir :

« Attention aux guêpes !
Couvrez vos verres. »

Décidément, le patron devient paranoïaque, mais c’est compréhensible après ce qui est arrivé…

Un vieux monsieur très digne s’occupait du service. Boileau commanda une bière qu’on lui servit avec deux sous-verres en carton, l’un en dessous et l’autre par-dessus.

— C’est une façon originale de présenter les consommations, commenta Boileau.

— Les guêpes adorent la bière, rétorqua le serveur. Elles viennent se noyer dans les verres. Si vous en avalez une par mégarde et qu’elle vous pique dans la gorge, ce peut être très dangereux.

— Je comprends. C’est juste qu’on ne voyait pas ça avant.

— C’est vrai, avoua le serveur, mais il y a davantage de guêpes cette année. Il vaut mieux se méfier.

Boileau entreprit de déguster son breuvage à petites gorgées, tout en replaçant minutieusement le couvercle de carton. Regardant autour de lui, il constata que les autres clients attablés à la terrasse suivaient aussi la consigne de sécurité. Par contre, il ne vit aucun insecte ailé.

J’entends beaucoup parler de guêpes ces jours-ci. Y a-t-il vraiment un plus grand nombre de ces bestioles dans la nature ?

Il se souvint à ce moment que l’entomologiste retraité, rencontré à l’hôpital, lui avait offert de répondre à ses questions, le cas échéant. Il consulta son carnet et composa le numéro de Victor Beauregard.

Sur Amazon ou Kobo

 

Retour à l’école

Retour à l’école ou bts (back to school)

Pour cette période, voici quelques vidéos courtes mais inspirantes.

ou sur YouTube

 

Voici maintenant la deuxième :

ou sur YouTube

 

Puis la troisième :

Ou sur YouTube

 

Toutes nos vidéos

 

Vous êtes invités à visiter notre boutique : https://ecolo-luca.com

 

Merci de votre visite !

 

 

Inspiration

Inspiration

La décision qui va changer votre vie – vidéo d’inspiration par David Laroche

 

Comment arrêter de se préoccuper par ce que les autres pensent ? par David Laroche

 

Toutes nos vidéos

 

Vous êtes invités à visiter : https://ecolo-luca.com

 

Merci de votre visite !

Motivation

Motivation

Qui êtes-vous ? Que voulez-vous dans la vie ? Vous posez-vous cette question quelquefois ?
Voici des vidéos inspirantes pour vous…

 

Devenez extraordinaire – video de motivation en français par David Laroche

 

Devenez INARRETABLE – video de motivation en français par David Laroche

 

 

Toutes les vidéos

 

Vous êtes aussi invités à visiter notre boutique : https://ecolo-luca.com

Merci de votre visite !

 

 

 

 

 

Notre histoire

Notre histoire, Nos propres classiques

Quand vous aurez lu tous ces livres, vous connaîtrez beaucoup mieux notre histoire. Vous retrouverez les liens vers Amazon ou vers livresenligne.ca pour un extrait.

Ou directement sur YouTube

 

Notre historien Francis Parkmanhttp://www.amazon.com/dp/B00OOXYRO4

Notre premier romancier québécois Philippe Aubert de Gaspéhttp://www.amazon.com/dp/B00HS71IK4

Notre premier roman Québécois Les anciens Canadiens : http://www.amazon.com/dp/B00IOUDXNO

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/AnciensCanadiens.html

Les Mémoires de Philippe Aubert de Gaspéhttp://www.amazon.com/dp/B00PJ9R4YC

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/Memoires.html

Notre Historien National F. X. GARNEAUhttp://www.amazon.com/dp/B00WGP4BJI

Mémoire d’un pays Vol 1 / 4 (1492-1689) Histoire du Canada : http://www.amazon.com/dp/B00X1LYM2C

http://www.livresenligne.ca/Series/MemoirePays1.html

Mémoire d’un pays Vol 2 / 4 (1690-1755) : http://www.amazon.com/dp/B00XO1L70Y

Mémoire d’un pays Vol 3 / 4 (1755-1792) : http://www.amazon.com/dp/B00Y9K10B0

http://www.livresenligne.ca/Series/MemoirePays3.html

Mémoire d’un pays Vol 4 / 4 (1792-1840) Histoire du Canada : http://www.amazon.com/gp/product/B00ZIZSDLK

Le Royaume du Saquenay : http://www.amazon.com/dp/B00L8G6BCQ

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/Royaume_Saguenay.html

Arrivé en JANVIER au Canadahttp://www.amazon.com/dp/B00NKQ9Q7E

http://www.livresenligne.ca/Series/Janvier.html

Arrivé en NOVEMBRE et DÉCEMBRE au Canada : http://www.amazon.com/dp/B00TPZMOQE

La Nation Canadienne : http://www.amazon.com/gp/product/B00YV0KZZK

Récits laurentiens : http://www.amazon.com/dp/B00LU3VMGW

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/Recits_laurentiens.html

Croquis laurentiens : http://www.amazon.com/dp/B00NSUEH7G

Des légendes canadiennes : https://www.amazon.com/dp/B00KG8FRRC

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/Legendes_Canad.html

Vieux Doc Au temps du curé Labellehttps://www.amazon.com/dp/B01HQLXIKO

http://www.livresenligne.ca/Quebecois/VieuxDoc.html

 

Vous pouvez aussi visiter www.livresenligne.ca

 

Vous êtes aussi invités à visiter notre boutique : https://ecolo-luca.com

 

 

 

Lions de mer

Les lions de mer

de Fenimore Cooper 

Romans Populaires Illustrés

À une époque où les différents métiers n’étaient pas aussi nombreux qu’ils peuvent l’être auourd’hui, plusieurs cherchaient comment donner un avenir à leur famille. Certains s’engageaient donc à bord et partaient vers l’inconnu.

Suivez les nombreuses aventures de ces braves marins qui se sont retrouvés dans des conditions extrêmes. S’en sont-ils sortis ? À vous de le découvrir dans cette captivante histoire du réputé Fenimore Cooper.

 

Sur Amazon

 

Un pauvre matelot

Le dimanche en question, le diacre Pratt se rendit à l’assemblée comme à l’ordinaire, le local dans lequel elle se tenait ce jour-là n’étant qu’à moins de deux milles de sa demeure. Mais au lieu de rester pour le sermon de l’après-midi, il monta dans sa demi-fortune et retourna chez lui en toute hâte.

Pour un homme aussi sordidement avare, la résidence du diacre offrait une élégance et un confort peu ordinaires. La maison, bâtie en bois comme presque toutes celles du comté de Suffolk, avait deux étages à cinq croisées de face. Elle était située entre un vaste verger et une pelouse de près de deux arpents ornée de quatre rangées de cerisiers magnifiques.

La vue en était aussi variée qu’agréable. Elle était dans le meilleur état d’entretien ainsi que la ferme. L’avarice du diacre lui faisait comprendre mieux qu’à aucun autre la vérité du proverbe américain :

« Une maille reprise à temps à un bas en sauve neuf. »

En somme, il eut été difficile de trouver un paysage plus agréable, surtout à cause de l’eau qu’on apercevait sur différents points à la fois. Mais le diacre Pratt s’occupait peu de paysage.

Lorsque sa jument eut atteint la grille ouverte, Mary était sous le vestibule de la maison, paraissant attendre son retour avec impatience.

Le diacre donna les guides à un noir qui n’était plus esclave, mais qui descendait de quelque ancien esclave des Pratt, et par suite consentait à rôder autour de la maison, faisant tout l’ouvrage qui se trouvait à moitié prix. En descendant de sa demi-fortune, l’oncle s’approcha de la nièce avec une sorte d’empressement intéressé.

— Eh bien ! Mary, comment va-t-il maintenant ?

— Mon cher oncle, il ne me paraît pas possible qu’il en réchappe, et je vous supplie bien instamment de me permettre d’envoyer à Sag-Harbourg chercher le docteur Sage.

Le diacre avait deux objections à la requête de sa nièce : la première était la dépense sans doute, mais ce n’était pas la plus forte. Il en avait une autre qu’il ne communiquait à personne, mais que la suite de ce récit nous fera connaître.

Quelques semaines avant le dimanche en question, un navire qui revenait du large, probablement en destination de New-York, avait débarqué à Oyster-Pond un matelot étranger brisé par la maladie plus encore que par les années.

Ce matelot, qui se nommait Tom Dagget, était natif du Vineyard. Mais suivant l’usage des garçons de cette île, il avait embarqué à l’âge de douze ans, et il y avait un peu plus d’un demi-siècle qu’il n’avait revu la terre natale, lorsque, se sentant près de sa fin, un désir irrésistible d’y finir ses jours s’était emparé de lui.

Il revenait des Indes occidentales, et avait supplié le capitaine de le déposer à Oyster-Pond, qui n’est guère qu’à trente lieues du Vineyard. Or, il comptait sur la Providence pour lui fournir les moyens d’accomplir le dernier trajet.

De son propre aveu, Dagget était pauvre, inconnu et sans amis. Cependant il avait un coffre de mer assez bien garni, l’un de ces coffres comme en ont les marins du commerce et qui paraissait avoir fait autant de campagnes que son maître. Celui-ci déclarait du reste l’avoir entre autres sauvé de trois naufrages. Encore que ce coffre fût, comme nous l’avons dit, passablement lourd, son contenu, quand on l’ouvrit, ne se trouva pas de grande valeur.

Peu d’heures après avoir été mis à terre, cet homme avait fait un marché avec une veuve des moins riches, laquelle demeurait tout à fait près du diacre Pratt, pour le prendre en pension jusqu’à ce qu’il eût profiter d’une occasion de passer au Vineyard.

Sur Amazon

 

Entres parenthèses

« Entre parenthèses », un article de Lise Bellavance

Entre parenthèses
par Lise Bellavance

Voilà, j’ai enfin débloqué dans mon écriture. En fait, on s’attarde parfois sur un détail, on veut décider là, maintenant d’une bagatelle qui n’a pas une importance capitale et qu’on peut laisser en suspens. Alors voilà comment j’ai décidé de régler mon problème.

La panne

La panne… pas d’inspiration, mais la panne dans le règlement d’un problème, d’un détail de l’intrigue. Du moins, dans l’étape où je suis actuellement, c’est-à-dire pour mon premier jet. Exemple: Je ne sais pas si la scène aura lieu chez la mère de mon personnage ou chez lui. Retourne-t-il aujourd’hui ou demain à la maison? Avant la scène, j’inscris entre parenthèses: (LIEU: à déterminer). Point. On continue.

ET… sur ma liste À FAIRE, j’inscris (chapitre 12, Lieu à déterminer) et si j’ai des arguments pour un ou pour l’autre de ces choix, je vais dans mes OUTILS POUR ÉCRIRE de ce roman, j’ouvre une nouvelle page, et faisant cette référence (chapitre 12, LIEU), j’y inscris mes arguments pour un et pour l’autre choix.

Ma liste À FAIRE du roman en cours, je la lis chaque jour, j’y songe régulièrement, parallèlement à mon écriture. Et à un moment donné, je trouve, je décide et je corrige le tout.

 

Premier jet

Pour un premier jet, l’important n’est pas le détail, mais de savoir si mon histoire se tient. Uniquement. Si elle vaut le détour. Si les personnages et l’intrigue sont crédibles. Le premier jet, c’est un PREMIER jet.

Alors, peu importe les détails, que ce soit beau, bien écrit, juste et logique, qu’importe, c’est comme un test des personnages, une épreuve pour savoir si le terrain est praticable. Et il faut aller jusqu’au bout, même si on ne sait pas trop où se situe la ligne d’arrivée. On trouvera bien en chemin. Sinon, bien on inscrira à la fin, entre parenthèses : Fin à déterminer.

Quand j’ai fini le premier jet, je le sais. Alors je recommence l’écriture, je réécris, je relis. Je m’interroge sur les petits détails, je questionne tout et rien. Je corrige. Je peaufine. Et toutes mes hésitations, mes détails non élaborés avec une note entre parenthèses, je les règle.

J’ai bloqué pendant plusieurs mois, parce que je croyais que le détail sur lequel je me butais au chapitre 12 devait être réglé tout de suite. Alors que non. Jamais. Même si je sais que lorsque je le trouverai, il m’obligera probablement à changer plein d’autres détails des chapitres précédents, selon le choix que je retiendrai. Mais il n’était pas obligatoire à cette étape.

 

Écrire sans discontinuer

J’ai compris que le « détail » ne devait en aucun cas m’arrêter d’écrire. C’est ce que j’ai vraiment compris. Continuer. Coûte que coûte. Régler les détails, plus tard.

Quand mon premier jet sera fini. Par exemple, actuellement, je suis à écrire le chapitre 18. Et j’ai trois éléments en suspens dans la trame. Voici comment je les ai inscrits dans le manuscrit: 1) (Rêve du personnage « X ». Sujet: Souvenir de son chien. 2) (Écrire l’histoire du personnage « Y » à son emploi). 3) (Description du lieu physique de l’appartement du personnage « Z »).

Comme chaque description est extrêmement importante parce qu’elle fait partie de l’histoire du personnage et doit apporter certains détails sur la personnalité de celui-ci, vaut mieux attendre si on ne trouve rien de probant ou de signifiant.

Ça, je le faisais depuis longtemps, pour les descriptions dans le premier jet. Mais pour le reste, je m’obligeais toujours à trouver les détails de l’intrigue. Jusqu’à maintenant, tout s’était toujours bien passé. Sauf cette fois-ci, dans ce roman, au chapitre 12. J’ai compris que ce n’est pas toujours nécessaire de tout savoir à ce stade-ci. Quitte à revenir avant la fin si ça nous fatigue trop.

L’idée, c’est de ne pas s’arrêter en cours de route. Jamais. Il faut écrire. Une description. Un rêve. Un chapitre. Mais écrire. Toujours. Sans pause.

Voilà la grande découverte de mes « vacances ». Des vacances à la retraite ? me direz-vous ? Faut le faire ! Eh oui. Ce sont quelques semaines dans l’année où je n’écris plus, ou peu. Ou je lis, je me prélasse, je fais la grasse matinée. Quelques semaines seulement, l’été.

Je suis vraiment contente d’avoir réglé mon petit problème. Et j’avais le goût de vous le partager. Et c’est reparti ! J’ai repris le collier, la plume, le clavier…     Pour écrire un mot

À votre tour d’écrire… laissez-moi vos commentaires.

Lise Bellavance

 

Conseils pour réussir

Conseils pour réussir

Les 8 meilleurs conseils de Steve Jobs pour réussir par Théophile Eliet

 

Les 6 meilleurs conseils de Bill Gates par Théophile Eliet

 

Tous nos vidéos

 

Visitez notre boutique : https://ecolo-luca.com

 

Merci de votre visite !