15- Entomologiste ou détective ?





La guêpe

14- Dossiers classés ?

15. Entomologiste ou détective ?

— Entrez, Monsieur l’Inspecteur, lui dit joyeusement l’entomologiste. J’ai une surprise pour vous, suivez-moi.

Il le guida jusqu’à l’arrière de la maison et désigna un carré de papier absorbant sur la table du patio.

— Je l’ai trouvée en nettoyant la piscine. Cette pauvre guêpe s’y est noyée.

Boileau s’approcha et eut un mouvement de recul en découvrant un insecte noir, faisant près de trois centimètres de long, qui achevait de sécher au soleil.

— Ne craignez rien, elle est bel et bien morte, lança l’entomologiste en riant. Les sphécidés ne savent pas nager ! Installez-vous, je vais chercher le thé glacé.

Boileau déplaça une chaise et se pencha vers le cadavre. Bien qu’elle soit recroquevillée, il évalua qu’elle mesurait autant que de son pouce. Il s’agissait d’une guêpe à n’en pas douter ; son long abdomen était nettement séparé du torse, mais réuni par une « taille de guêpe ».

Ce doit être apeurant de voir voler vers soi un insecte de cette taille, pensa Boileau. Elle ne doit pas passer inaperçue.

Revenant à l’extérieur avec deux verres, Beauregard continua ses explications :

— On nomme ce spécimen « Grand Sphex Noir ». Celle-ci est d’une belle taille, mais on en a signalé qui mesuraient près de cinq centimètres. Par contre, je n’ai pas retrouvé sa sauterelle. Soit qu’elle revenait bredouille de la chasse ou qu’une autre guêpe la lui a volée.

— Elles mangent des sauterelles ?

— Cette espèce ne capture que des sauterelles vertes, exclusivement, mais ce n’est pas pour elle, c’est pour nourrir ses larves. Les guêpes adultes ne s’alimentent que de nectar de fleurs ou de petits fruits sucrés. D’ailleurs, vous devriez couvrir votre verre avant qu’une bestiole vienne s’y baigner.

Boileau utilisa rapidement le petit cercle de carton que lui présentait son hôte. Ce dernier poursuivit son exposé comme s’il avait parlé devant une salle de classe.

— Les guêpes adultes sortent de leurs nids vers la fin du mois de juin. C’est la période des amours, que l’on nomme « l’envolée ». Dès qu’une femelle est fécondée, elle cherche un endroit pour construire son propre nid.

Elle utilisera souvent un terrier abandonné ou un nid déserté. Elle va y creuser des galeries latérales pour y déposer un œuf et une sauterelle paralysée qui servira de nourriture à la larve. Elle bouche ensuite cette alvéole soigneusement et entreprend d’en préparer une nouvelle pour recommencer le cycle.

Boileau écoutait son interlocuteur tout en examinant le cadavre de l’insecte, essayant de repérer le dard à l’extrémité de l’abdomen. L’entomologiste devina ce qu’il cherchait.

— Son aiguillon est rétracté, elle ne le sort que pour piquer une proie.

— J’ai lu sur Internet que les mâles ne possèdent pas de dard. Est-ce possible que ce spécimen soit un mâle ?

— Les mâles ne servent qu’à la fécondation et ne vivent pas longtemps. D’ailleurs, chez les sphex, la femelle tue son partenaire après l’accouplement.

— Oh ! s’exclama Boileau, ce sont des amours très féroces ! Et l’on dit que ces guêpes ne sont pas agressives !

— C’est un comportement très fréquent chez les insectes, mais pas chez les mammifères, heureusement pour nous ! rétorqua l’entomologiste en riant. Mais je vois que vous avez terminé votre verre de thé glacé, je vais en profiter pour vous montrer autre chose. Suivez-moi.

Beauregard agrippa son filet de chasse au passage et se dirigea vers la piscine. Utilisant le manche de son outil, il souleva les feuilles d’une plante décorative. Un petit carton numéroté était planté près de l’orifice d’un terrier.

— J’ai marqué les nids que j’ai découverts. Il y en a huit que j’observe chaque jour. Si nous patientons un peu, nous pourrons assister au retour de la chasse d’une de ces guêpes.

— Pourquoi y a-t-il autant de nids autour de votre piscine ? demanda Boileau. Est-ce l’eau qui les attire ?

— Non, c’est surtout le sol sablonneux qui l’entoure ; il est plus facile d’y creuser un terrier. Leur rayon d’action est d’environ 750 mètres alors, elles s’installent à proximité de leur source de nourriture, fit-il en pointant le champ derrière son terrain.

Cet espace déboisé, laissé en jachère depuis quelques années, était couvert de végétations et de fleurs.

— Ces belles fleurs jaunes qui envahissent la prairie se nomment des « Solidago Canadensis », ou plus communément des « Verges d’Or ». Il s’agit d’une plante vivace indigène qui fleurit de juillet à septembre, constituant une source de nectar très apprécié des guêpes et autres insectes butineurs. De plus, la prairie offre un habitat idéal pour les sauterelles vertes que chassent les sphex.

Boileau s’éloigna un peu en regardant avec précaution où il mettait les pieds. La présence de tous ces terriers de guêpes géantes l’inquiétait. Il ne voulait certainement pas marcher sur l’un de ces guêpiers et provoquer la colère de leurs occupants.

— La présence de toutes ces guêpes près de votre aire de loisirs ne représente-t-elle pas un danger ?

Beauregard ne répondit pas. Il pointa plutôt un endroit près de la piscine.

— Voyez ! En voilà une qui revient de la chasse avec une grosse sauterelle entre les pattes.

Boileau observa la scène. Il fut émerveillé de constater que la guêpe ramenait une proie pesant probablement le double de son poids. Elle s’approcha de son terrier en zigzaguant et laissa choir la sauterelle devant l’orifice. Elle se posa ensuite et entreprit de tirer son fardeau dans son antre.

Une seconde guêpe apparut et tenta de lui subtiliser le produit de sa chasse. Une courte, mais violente lutte s’engagea. La propriétaire légitime parvint à repousser l’intruse et disparut ensuite dans l’étroit passage avec sa prise.

— Elles se battent entre elles ! s’exclama Boileau.

— La compétition est féroce dans ce petit monde. Tenez, en voici une autre. Je vais vous montrer à quel point elles sont dangereuses.

L’entomologiste bloqua l’accès du terrier avec son filet. La guêpe virevolta tout autour, cherchant un passage. Elle finit par se lasser et reprit le chemin de la chasse. Beauregard l’enferma prestement dans son filet.

— Elle ne ramenait pas de sauterelle, constata-t-il en approchant le filet replié du visage de Boileau qui se recula d’instinct. Je vais la relâcher. Observez bien son comportement.

L’insecte aux ailes luisantes sortit du piège, tournoya quelques instants autour des deux hommes et s’éloigna finalement en direction du champ en jachère.

— Vous constatez qu’elle ne s’intéresse pas à nous. C’est parce que nous ne représentons pas une proie pour elle. Si je l’avais enfermée dans ma main, elle m’aurait probablement piqué pour se défendre. Mais elle ne veut pas gaspiller son énergie et son venin inutilement.

— En effet, elle n’était pas du tout agressive malgré ce que vous venez de lui faire subir. Je suis impressionné !

— Les sphécidés sont des guêpes solitaires, leur seul but consiste à se reproduire. Mais n’essayez pas de faire la même chose auprès d’un terrier de guêpes sociales, vous auriez rapidement une centaine de soldats à vos trousses !

Les deux hommes revinrent vers le patio. Boileau regarda sa montre et constata qu’il était temps de quitter son hôte. Il le remercia et se dirigea vers la sortie lorsque l’entomologiste le retint.

— J’ai repensé à ce que vous m’avez dit au téléphone : une seule piqure à la base du cou et une importante quantité de venin. Je crois que c’est possible. J’imagine un scénario où une grande guêpe se retrouve accidentellement dans le collet de chemise de l’homme. L’insecte le pique pour se dégager juste au moment où il l’écrase d’une claque. L’aiguillon pénètre plus profondément et la poche de venin se vide dans la chair du malheureux.

— Vous pensez que c’est ce qui est arrivé ?

— Je ne formule qu’une hypothèse, répondit Beauregard en souriant. Il vous appartient de la valider. Je ne suis qu’un vieux scientifique à la retraite, le détective c’est vous !

 

La suite est ici : 16- Funérailles

Les livres de Normand Jubinville

Soyez le premier à commenter sur "15- Entomologiste ou détective ?"

Laissez votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :